Le secret pour acquérir de la vitesse sur le piano

Dans cette vidéo, Edna Golandsky explique quel est le secret pour acquérir de la vitesse sur le piano selon l’approche Taubman.

Nous pouvons considérer deux types de vitesse de jeu:

  • La vitesse avec laquelle les doigts font descendre les touches (verticale).
  • La vitesse avec laquelle le bras se déplace de touche en touche (horizontale).

Normalement, le développement de la vitesse au piano est associé par erreur à l’habileté de descendre les doigts rapidement sur les touches.

En l’absence d’explications, cela peut être contre-intuitif car il semble logique que pour jouer plus vite, on doit aussi bouger les doigts plus rapidement.

vitesse sur le piano

Photo: Winnie Liu

Il est donc intéressant de comprendre que si on descend la touche trop rapidement, on va obtenir un effet de rebond, dans lequel la touche nous renvoie l’impact avec une force égale. Ce rebond détruit le legato entre les doigts et rend impossible l’obtention de vitesse. En descendant les doigts rapidement, nous pouvons avoir la fausse impression que nous jouons plus vite, mais en réalité nous créons, sans le savoir, une barrière de vitesse. Donc, plus on descend les doigts rapidement, plus il devient difficile de prendre de la vitesse au piano.

Je dois souligner que ces deux vitesses doivent être parfaitement synchronisées, sinon le bras et les doigts se déplacent indépendamment les uns des autres. Lorsque les doigts et le bras se déplacent uniformément, les vitesses horizontale et verticale sont synchronisées, permettant que les doigts descendent avec l’appui du bras derrière chaque note.

Dorothy Taubman (1988) fait allusion à ce sujet dans son texte intitulé «A teacher’s perspective on musicians’ injuries» dont je souhaite citer le passage suivant:

«Il y a aussi la question de la vitesse. Les exercices sont assignés pour développer la force dans les muscles des doigts afin qu’ils puissent se déplacer rapidement. Le jeu rapide dans les touches produit des sons puissants, mais pas des tempos plus rapides. Au contraire. La recherche d’ Ortmann en utilisant des caméras à grande vitesse a montré qu’une action de doigt rapide sur les touches ralentit effectivement le tempo. Le doigt frappant avec force contre la touche rebondit de la touche plusieurs fois avant que la touche ne soit complètement enfoncée. Le pianiste se demande pourquoi la vitesse ne vient pas, même si il travaille dur pour bouger ses doigts aussi rapidement que possible.

Il est donc clair que si l’on doit éviter le rebond, il doit y avoir une limite à la vitesse du doigt. Vous pourriez être surpris de voir combien beaucoup moins de vitesse du doigt est nécessaire pour jouer à haute vélocité. Ce qui a fait défaut jusqu’ici est que le tempo d’un morceau vient de la vitesse horizontale, le mouvement de touche en touche, pas la vitesse verticale.

Le mouvement horizontal est produit par les mouvements des bras qui emmènent les doigts sur le clavier. Le bras peut faire ceci facilement et à des vitesses élevées. La distance que le doigt doit parcourir pour enfoncer une touche est si petite qu’avec la vitesse horizontale, cela ne gêne pas du tout lorsqu’il se déplace un peu plus lentement. Rappelez-vous que les pianistes peuvent jouer vite et en douceur en même temps, et que la touche doit descendre plus lentement pour jouer doucement.

S’entraîner à améliorer la vitesse de ses doigts est un exemple de l’approche de gymnastique qui surmène toujours les doigts, créant des mouvements spasmodiques et un sautillement qui interfèrent avec la participation du bras. Le résultat malheureux de cela est le risque de blessure pour les doigts et les mains de par l’action inutilement forcée du doigt. Un autre sous-produit des doigts rapides est un jeu avec des notes à peine jouées ou manquées. Le pianiste n’a pas vraiment manqué la touche, mais a été projeté par elle. Cela lui fait manquer la touche complètement, frapper la touche suivante ou jouer les deux touches simultanément. Tout se passe si vite que le pianiste ne se rend pas compte que le contact initial a été fait avec la bonne touche.

Si nous ne pouvons pas utiliser beaucoup de vitesse de doigt dans la touche, comment pouvons-nous obtenir de la puissance? Pour commencer, les doigts eux-mêmes sont petits et légers; leurs muscles ne sont pas équipés pour utiliser la force. Le poids du bras, cependant, est tel qu’il peut facilement transmettre la puissance dans les touches sans être projeté comme le sont les doigts». (p.147-148)

(S’il vous plaît activez les sous-titres en français s’ils ne sont pas affichés par défaut).

Références :

Golandsky E. The Golandsky Institute. (2008). « Playing with Speed an excerpt from the Taubman 10 DVD Series ». From: https://youtu.be/16LNzkafBWw

Taubman D. (1988). “A teacher’s perspective on musicians’ injuries”, in Roehmann F. L., Wilson F.R., (editors) “The Biology of Music Making”,: MMB Music, pp. 144-153, (St. Louis, 1988).

 

aprendizaje no lineal

L’apprentissage n’est pas linéaire

Que signifie le fait que l’apprentissage n’est pas linéaire ?

Cela signifie essentiellement qu’il ne se produit pas toujours dans le même sens ni de manière uniforme.

Le plus curieux est que même si nous comprenons qu’il y a des hauts et des bas, d’une certaine façon nous continuons à avoir des attentes irréalistes sur la façon dont nous apprenons.

Ceci est dû au fait que nous stockons inconsciemment des croyances qui nous limitent. C’est un des obstacles psychologiques que je rencontre le plus souvent, à la fois dans mon expérience et celle de mes élèves.

Ces croyances varient pour chaque personne, mais fondamentalement elles sont toutes très similaires dans leur formulation. Par exemple, on pense souvent, «Je suis trop … pour apprendre certaines choses» où l’on peut remplacer les points de suspension par lent, maladroit, trop âgé, impatient, etc.

Nous pouvons également avoir des attentes irréalistes sur la façon dont nous apprenons. Par exemple, «j’ai beaucoup travaillé mais je ne fais pas de progrès, donc je ne suis pas bon pour cela», ou «plus j’essaye, plus je suis mauvais, je devrais abandonner».

Ce dernier est plus difficile à voir parce que cela implique qu’il y a une croyance derrière qui soutient que les résultats que nous obtenons sont soit définitifs, soit trop lents, mauvais, insuffisants, etc., de sorte que nous voyons les résultats négativement en comparaison avec nos attentes et nous nous jugeons par rapport à elles. Ceci est une autre limitation.

Les résultats sont tels qu’ils sont et nous fournissent toujours des informations précieuses. Mais plutôt que de s’enthousiasmer quand les choses vont bien et de nous dévaloriser quand nous ne recevons pas de bons résultats, il serait beaucoup plus productif de changer la façon dont nous voyons le processus d’apprentissage en nous ouvrant à comprendre comment il est en réalité.

Et comment est-il vraiment?

Avant d’aborder le sujet, il est important de comprendre que quand il y a un engagement dans l’apprentissage, la progression est inévitable. Toutefois, tout au long de ce processus on expérimente de multiples hauts et bas qui sont également inévitables. L’évolution graphique de ce processus est appelée courbe d’apprentissage.

Comme son nom l’indique, nous pourrions imaginer que cette courbe ressemble à ceci:

curva-ideal-FR

Courbe d’apprentissage irréaliste

Ce qui ne constitue pas une bonne idée car nous créons des attentes irréalistes.

La réalité est beaucoup plus complexe et intéressante:

curva-real-FR

Exemple d’une courbe d’apprentissage réelle

En connaissant ce processus, on peut éviter beaucoup de frustration.

Voici les éléments qui composent la courbe d’apprentissage:

Le plateau: C’est un temps avec peu de progression, mais à un niveau subconscient on intègre les éléments nécessaires pour passer au niveau suivant.

Le recul: Il se produit lors de l’abandon des vieilles habitudes, quand on n’a pas encore développé bien les nouvelles. Dans cette phase, on a le sentiment d’empirer malgré la pratique.

Le progrès: Il se produit lorsque le corps et l’esprit ont intégré avec succès les éléments travaillés et l’apprentissage donne ses fruits (Gelb, Buzan, 1994).

Nous allons maintenant voir ces phases un peu plus en profondeur:

Le plateau

Le plateau est la phase la plus commune de l’apprentissage et elle nécessite plus de temps pour se terminer. Lorsque nous y sommes, nous pouvons avoir le sentiment d’être coincé et ne réaliser aucun progrès, mais si nous regardons en arrière, nous voyons une évolution.

Les plateaux sont des moments très importants où l’apprentissage se passe à l’intérieur de nous. On crée des connexions neuronales nécessaires à la mise en œuvre de nouvelles fonctions. L’apprentissage est en train de se faire, bien que les résultats ne soient pas affichés.

C’est une phase délicate qui exige un effort actif, il est donc une bonne idée de s’auto-motiver pour continuer à travailler avec la même détermination, parce que nous savons qu’il y a une amélioration à venir.

Le recul

Un recul est l’un des moments les plus difficiles à faire face dans l’apprentissage. Nous avons tendance à perdre confiance en nous et en notre capacité. En dépit d’être une phase commune et inévitable, nous supposons que cela arrive juste pour nous et que si nous nous laissons emporter par notre négativité nous pourrions même arriver à vouloir jeter l’éponge.

Je préfère voir le recul comme une phase de grande valeur car elle nous donne l’occasion de nous  exercer au-delà de nos limites. Donc, je tiens à penser aux phases de recul comme des moments d’apprentissage très en profondeur.

Le paradoxe apparent de l’apprentissage en profondeur est qu’on peut être le plus ouvert à l’apprentissage seulement au moment précis où on le comprend le moins.

Cela devient clair lorsque nous nous rendons compte que tout apprentissage exige aussi de désapprendre, lâcher des concepts ou des idées fausses et préconçues au sujet de la question à laquelle nous travaillons; ou dans le cas d’une activité physique, abandonner des mouvements non coordonnés et d’autres actions superflues qui freinent la progression.

Dans les moments les plus difficiles, j’aime me rappeler d’un dicton que le grand musicien Kenny Werner applique très justement à la pratique du piano: “Don’t quit a day before the miracle happens” (n’abandonnez pas un jour avant le miracle se produise).

Bien que nous nous sentions mal à l’aise, les plateaux et les reculs sont des étapes normales et nécessaires dans le processus d’apprentissage.

Le progrès

Le progrès est une preuve visible qu’il existe des améliorations dans notre apprentissage. C’est la phase qui nécessite le moins d’effort de notre part, avec lequel nous pouvons nous amuser et dont nous profitons ouvertement. Elle se caractérise par une libération d’une partie de l’énergie que nous utilisions pour exercer une activité ou un processus, conduisant à une plus grande capacité à se concentrer sur autre chose.

Quand je parle à mes élèves à ce stade je leur rappelle habituellement l’anecdote du bambou japonais: quand une graine de cette plante est plantée, arrosée et entretenue régulièrement, rien ne se passe pour une longue période et un cultivateur inexpérimenté pourrait la prendre pour une graine infertile. Mais si on continue à l’arroser, sept ans passeront avant qu’elle ne bourgeonne enfin. Puis dans une période de six semaines à peine le bambou atteint 30 mètres de haut, ce qui en fait la plante avec la croissance la plus rapide de la planète. Au cours des sept premières années d’inactivité apparente, les racines qui ont permis cette croissance se sont développées. Il ne lui a donc fallu que six semaines pour se développer? Ou sept ans et six semaines?

Cette histoire nous aide à comprendre d’où vient la valeur que nous attachons aux résultats dans l’ensemble du processus d’apprentissage.

Se confier, se relaxer et profiter

Une fois que nous sommes devenus familiers avec les étapes de l’apprentissage, il est plus facile de faire confiance au processus. Nous pouvons le vivre de manière plus détendue et profiter de chaque étape, redécouvrir le plaisir d’apprendre.

Nous ne devons pas être des marionnettes d’émotions contre les hauts et les bas dont nous faisons l’expérience. Nous continuons d’avoir des hauts et des bas, mais nous le verrons avec plus de recul, sans identification, sans souffrance.

Pour ces raisons, la confiance est la clé.

Faire confiance au processus est équivalent à avoir confiance en nous-même et en notre capacité à apprendre. C’est la seule manière de nous investir sincèrement dans la matière que nous travaillons et oublier les résultats.

On peut appeler cela apprendre à apprendre.

Le processus d’apprentissage peut être lui-même la source de beaucoup de plaisir si vous le vivez de cette façon.

Références :

Gelb, M. J. & Buzan T. (1994). « Lessons from the art of juggling. How to achieve your full potential in business, learning, and life ». Harmony Books. New York.